Un peu d'istoire 
     Ou il è montré qoman nou som devenu lè otaj d'une lange morte.

     Tou qomanse ô XIVe siècle avèq l’adopsion du fransè, par le gouverneman roiyal, an tan qe lange administrativ.
Sè nésésité administrativ on demandé une qodifiqasion du fransè.

     Avèq l'avèneman de Philippe VI, l'uzaj du fransè s'élèv à 80 % dè charte. Aprè une brèv interupsion é un retour ô latin duran le règne de Jean II (1350-1364), le fransè redevien majoritèr dè lè ané 1360. Sepandan, l'Égliz, mè surtou lè qlèr é lè juriste charjé d'anrejistré lè aqte roiyô qonstitu un bastion de rézistanse fas à l'uzaj du fransè.
      Lè bénéfisièr laïq dè charte du roi de Franse soutiène l'uzaj du fransè. Mè la caste dè ofisié ministériel s'aqroche à l'uzaj du latin é, an réaqsion, ô fur é à mezur q'ils son forsé d'abandoné le latin, ils se ratrap an se mètan à qonsèrvé lè marqe de latinisation de l'ortograf.
     
     Alor qe la grafi orijinel du fransè è davantaj qonforme à la fonétiq (sel supôzé de l'époq) mè parfoi arbitrèr, el è progresivman latinizé de fason délinqante par sè opozan à la démoqratizasion de l'éqri dan une tantativ d'aboutir à une "ortograf étimolojiq". D'ou l'ajou de letre inutil suivan supozéman l'étimoloji mé souvan eronéman.

     La qestion de la qodifiqasion é dè réforme aporté à l'ortograf s'è pôzé de plu bel avèq l'inprimeri.

     Lè tantativ de l’ôteur de la premièr grande grammèr du fransè (1550), Loui Meigret, pour sinplifié l’ortograf fransèz an favorizan une ortograf fonétiq, ne pur réusir fas ô polémiq soulevé par lè opôzan.

     En 1668, Louis de Lesclache propôz dan son ouvraj, "Lè véritable règle de l'ortografe francéze ou L'ar d'aprandre an peu de tams à éqrir côrectement", une réforme fonétiq. Elle rèste à se jour san postérité.

     Dan son ouvraj Dè Tropes (1730) le "grammèrien dè lumièr" Du Marsais préqoniz é apliq (jusq'à son désè en 1757) une ortograf sistématiqman sinplifié an dépi de l'ôtôrité de l'ôteur qi rédij tous lè artiqle de grammèr é de linguistiq de l'Ansiqlopédi.
Sèt tantativ ne sera pa renouvlé.

     Ô débu du XIXe siècle, l'ortograf se fix é, qontrèrman ô ôtre pèi roman, s'è le qouran étimolojiste qi prévô é non pa fonétiq.

     Ô débu du XXe siècle, Georges Leygues, ministre de l'Instruxion publiq, arèt le 26 févrié 1901 qe pluzieur uzaj reqonu par l'Aqadémi fransèz doiv ètre rédui à une forme sinplifié lor dè qonqour publiq. Sepandan, devan l'opôzision de l'Aqadémi fransèz é une qanpagne de près ostil à sèt arèté, l'arèté sera abandoné, exèpté qelqe « sinplifiqasion » qi seron axèpté qom l'absanse de tirè à sertin nonbre qonpôzé.

     En octobre 1989, Michel Rocard, alor Premié ministre de la Franse, mè an plas le Qonsèy supérieur de la lange fransèz à Pari.
Il charje alor dè expèr, linguiste é reprézantan de l'Aqadémi fransèz é dè gran fabriqan de dixionèr, de propôzé dè régularizasion sur qelqe pouin (le trè d'union, le pluriel dè mô qonpôzé, l'axan sirqonflex, le partisip pasé, diverse anomali).
     Rapidman, lè expèr se mèt ô travay. Leur qonqluzion son soumiz ô organisme de politiq linguistiq belje é qébéqoi. El son égalman soumiz à l'Aqadémi fransèz, qi lè avaliz à l'unanimité, tou an présizan :
- L’ortograf aqtuel rèste d’uzaj, é lè "reqomandasion" du Qonsèy supérieur de la lange fransèz ne porte qe sur dè mô qi pouron ètre éqri de manièr diférante san qonstitué dè incorrections ni ètre qonsidéré qom dè fôt. -
     Lè rèqtifiqasion son alor publié ô Journal ofisiel an désanbre 1990.

À mon umble avi:  La rétisanse de l'Aqadémi fransèz à apliqé francheman lè reqomandasion du qonsey ogmant la qonplexité de la grafi an ajoutan de nouvel variante san an anlevé an contreparti.
Dictionnaire_de_l%27Académie_française
La disqriminasion éhonté

Quatrième édition du Dictionnaire de l'Académie française : distinguer les « hommes de lettres des ignorants et des femmes simples ».

Par heurtelions — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=5294387