Mè tèxte


Qom une vag inpresion.
Sela m'agasè toujour ô plu hô pouin. Mè s'étè inmanqable, invariable.
Inparable, qom une suit d'éternité. À chaq foi la mèm rangèn.
Je ne m'i abituè pa. Pourtan je le savè d'avanse.
Il fô dir qe sè vizit ne m'étè pa toujour anonsé. Je m'absantè trè souvan de la mèzon, pour alé rejouindre lèz ami de mon aj.
Je le trouvè la, an rantran pour diner.
La qonversasion avèq mè paran alè déja bon trin.
On parlè de tou un chaqun é chaqun an avè pour son qonte.

Moi, avèq l'inosanse de mon aj (é de mon éduqasion), j'étè, de premié abor, plutô qontan de le revoir.
Nô rapor étè tou de suit franchman qordiô, voir chaleureu.
An qelqe sorte, un gou marqé d'ètre considéré qom un ami se trahisè dan l'intérè q'il me portè.
Sela débutè par lè qestion uzuèl qe l'on ne sorè manqé de pôzé à un anfan de onz an.
Tout avèq une dôz pa toujour bien qalqulé de taqineri fanfarone.
Pui inmanqableman, invariableman, inparable qom l'éternel, il an venè à la qestion redouté.
Èl étè un peu diférante à chaq foi. Sa pouvè ètre qelq chôz qom -
« di donq, qomanse-tu à regardé lè petit fiy toi ?»
Ou bien,
« T'è-tu fè dè blonde à l'éqol ? J'sui sur qe t'an a pa rien q'une ! »
Ou anqor,
« pi, qoman el s'apel ta préféré ? alé, fè pa sanblan.»

Toujour qelqe chôz du janr! vrèman, je qonpran pa!

J'é bien qom une vag inpresion qe plu tar, peu-ètre... Mè je sè absoluman pa qoman sa peu arivé.
Parse qe, pour tou de suit, lè fiy de mon aj on onz an, é rien de plu intérèsan, je trouv.
Une foi, j'an é invité une à venir joué ché moi. Natalie. J'é bien di «une foi », parse qe sa n'a été q'une foi.
Ô, j'é pa trouvé sa dézagréable. Juste un peu trô tranqil. Trô lan. Trô qalm. Tu sè, dè jeu d'intérieur.
S'è pa mal. On peu qan mèm invanté dè truq. Fèr dè sénariô, dè miz an scènes; avèq décor, bonom é tou é tou.
S'è pa plu nièzeu qe nou, lè fiy. An tou qa, èl, tu qonpran, èl manq de moteur. Pa qom lè olinpièn et lè sportiv.

Mon pèr di qe moi, je sui plutô moteur. S'è vrè qe je qour vit. Pourtan, je sui pa gran pour mon aj. Plutô chiqô ôsi. Mè la qourse, s'è ma carte.
Lè ôtre le sav. Je me fè ma plas fasil dan lè éqip. Je marqe asé régulié. S'è bon pour ètre considéré par le group, la gang
Mon pèr di qe plu tar la gang, sa se pèr, sa s'éfrit jusq'à plu du tou, parse qe ... Bon... Lè fiy... Tu sè. É à qôz d'èl ôsi. Il parè.
Vrèman je qonpran pa.

S'è pa qe j'é peur de l'afexion. Tu voi, j'èm bien qolé mè paran, mon frérô ôsi. Mè gran-paran, parèy.
Mè rien q'à pansé, bon... Qe une fiy é moi... Sa pa de bon sans! qom pa rapor! pa d'alur! s'è de la plum de crapaud; sa se peu jus pa!
Sui tou à l'anvèr, je sè pa pourqoi. Pourtan, j'é qom une vag inpresion.

Surtou avèq lè qestion de l'ôtre qi revièn tou le tan.
« laqel èmrè-tu le plus anbrasé ?»
Poi !! T'è malad ? Juste d'y pansé, moi je l'sui an tou qa. Sui mèm pa capable de voir sa!
Bon, qan s'è mè paran, d'aqor sa va, j'é l'abitud. Mèm pour lè grô bèq.
Mè à la télé, je peu pa. Sa me fè super bizar. Je devien tou mal à l'èz. À m'an qaché la fas dan le qousin!
Qoman peuv-il ? qoman peuv-il èmé sa ? Moi je pouré jamè. Jamè.

Je l'é di à mon pèr.
Il a ri an regardan dan lè mien avèq sè yeu qonplis.
J'é qom une vag inpresion...

Surcon
Arivé ô bou de la déziluzion massiv
arivé ô bou de la démision pasiv
vivre la désèpsion grize
de l'anbision chétiv.
somasion
De l'ôtre coté du pon, l'ôtre rive
plèn de vô construcsion naïv
peu inporte q'un ôtre nom surviv
à tout sè imag fictiv
el ne seron pa sel qi nou motiv
à frapé plu for nô not plintiv
Nou; anvelopé toujour de peur récursiv
Vou; aveuglé anqor de vanité posèsiv
vou lanseré minte foi lè près rotativ.
pour nouz inondé d'istoir maladiv.
Nou voyon qlèr ô ceur de vô misiv
un santiman poignan, une obsèsion morbid
--Qontinué la qourse jusq'à la fin de nou--